Endettement de la Côte d’Ivoire, un débat public annoncé pour le 25 février 2022

   Endettement de la Côte d’Ivoire. La Convention de la société civile ivoirienne annonce une table ronde pour en débattre. 

   Sont prévues au menu des échanges la question des emprunts obligataires, la problématique de l’annulation de la dette de même que celle du développement et l’endettement.

   Aussi, la table ronde prétexte pour évoquer le sujet est-elle prévue le jeudi 25 février 2022. Ce, à la Chambre de commerce à Abidjan-Plateau. 

    Ainsi, l’objectif de la table ronde est de susciter un débat sur la situation de la dette publique en Côte d’Ivoire. De manière spécifique, il s’agit d’ « informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution la dette publique ». Il s’agit surtout de « Recueillir les préoccupations et les avis des parties prenantes ». De même que de  » partager les bonnes pratiques en matière de gestion de la dette publique ». 

   En fait, la Côte  d’ivoire a bénéficié de l’allègement de 60% de sa dette publique à la suite de l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE. Cependant elle a amorcé en moins d’une décennie un nouveau cycle d’endettement qui élève son taux à environ 58% selon une étude indépendante commanditée par la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI). Le pays se rapproche  ainsi du seuil de tolérable requis par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) qui est de 70%. 

   L’atteinte et le dépassement de ce seuil taxera le pays de surendetté. Et il faut souligner que le niveau actuel de la dette ivoirienne est estimé à 17.676,1 milliards de FCFA contre 13.993 milliards de FCFA l’année précédente ; soit une hausse de 3.683,1 milliards de FCFA (environ 6,6 milliards USD). 

   « Devant, une telle situation, il est nécessaire que l’on en parle pour envisager des perspectives susceptibles d’aider les gouvernants à anticiper sur un éventuel surendettement qui freinerait la logique de développement actuel », justifie  la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI).  Cette faîtière avait mené une étude sur la situation de la dette publique en Côte d’Ivoire en vue de disposer de données nécessaires pour adopter une note de positionnement sur la problématique. 

Lemediacitoyen.com 

 

Lire aussi:
Lutte contre les changements climatiques, le consortium Benkadi planifie ses activités de 2022

    

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*