Exclusion des femmes en politique , L’Ong Opinion Éclairée et des organisations dénoncent

 

    Exclusion des femmes en politique par le non respect du quota. La Coalition des organisations de Défense des Droits des Femmes dont est membre l’Ong Opinion Éclairée interpelle l’opinion. Pour ce faire, Kadi TANOU, porte-parole pour l’occasion, a exprimé le mécontentement face au non-respect de la loi N° 2019-870 du 14 octobre 2019 favorisant la représentation de la femme dans les assemblées élues, instituant le quota de 30%. C’était au cours d’une conférence de presse à Abidjan le 1er juin 2023.

« Nous sommes en présence d’une situation statistique non satisfaisante, et nous sommes mécontentes de constater que les actions menées depuis des années en vue de l’égalité du Genre, n’aient véritablement pas porté leurs fruits. Par conséquent, nous allons maintenant porter nos efforts sur l’égalité en acte », a indiqué Mme TANOU.

 Des statistiques accablantes

    En effet, les chiffres dévoilés lors de cette conférence sont alarmants. Et ils soulignent clairement le faible taux de femmes occupant des postes clés de décision en Côte d’Ivoire. Parmi les statistiques accablantes présentées, il est déploré que seulement 7 femmes occupent des postes ministériels sur un total de 31. De plus, une femme préside une institution sur 17, et seules 19 femmes siègent en tant que sénatrices sur 99. Dans l’Assemblée nationale, la représentation des femmes reste insuffisante avec seulement 32 députées sur 254. Au niveau régional, une seule femme préside un Conseil Régional sur 7, tandis que 16 femmes sont maires sur 201 communes. Les chiffres sont tout aussi décourageants au niveau des postes de gouverneur et d’ambassadeur, avec une représentation féminine limitée à une femme sur 14 et à seulement 7 femmes sur 47 respectivement.

    Ces chiffres révèlent clairement l’inégalité persistante dans l’accès des femmes aux postes de décision et soulignent la nécessité de passer de l’égalité en droit à l’égalité en actes, ont indiqué ces femmes membres des organisations de la société civile, exprimant leur volonté d’agir pour que les femmes bénéficient des mêmes opportunités et quotas que les hommes dans les instances de décision.

    Face à cette situation jugée inacceptable, la Coordination des associations pour les droits des femmes appelle à une prise de conscience collective et à des actions concrètes pour garantir une représentation équitable des femmes dans les instances de décision.

     Une initiative louable selon l’Ong Opinion Eclairée.  » Cette dénonciation du sexisme en politique rencontre notre entière adhésion car pour la période 2023-2025 , L’Ong Opinion Eclairée place au cœur de son action la thématique Genre et féminisme. C’est pourquoi nous n’avons pas hésité à intégrer la coalition. C’est par la synergie que nous pourrons atteindre l’objectif de l’égalité femme-homme « , a indiqué Ruth ASSOKO, responsable Communication et Plaidoyer de l’Ong Opinion Éclairée, en marge de cette conférence de presse .

Lemediacitoyen.com

 

Lire aussi:
La campagne électorale à l’épreuve de Covid-19, décryptage avec Carelle Laetitia

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*