Me Leco, avocat de Samira Sabou : “Un peu affaiblie par son état de santé, mais elle tient le coup »

    Me Leco, avocat de Samira Sabou, la journaliste nigérienne détenue à Niamey donne des dernières nouvelles de sa cliente. Interrogé par lemediacitoyen, il rapporte l’état d’esprit de la journaliste. 

     “Nous lui avons rendu visite le vendredi dernier (12 juin 2020). Un peu affaiblie par son état de santé, mais elle tient le coup”. Ce sont les propos de Maitre Leco. Interrogé par lemediacitoyen.com, il donne ainsi les dernières nouvelles de Samira Sabou .

      “ Nous avons comparu par devant le doyen des juges d’instruction suite à un mandat de comparution émis par lui. À la suite de cette comparution, il nous a notifié une plainte avec constitution de partie déposée par le fils de son excellence Mahamadou Issoufou portant sur des faits qu’il estime diffamatoires liés à la publication c-jointe”


    Selon  Maitre Leco, après avoir entendu la journaliste sur cette première comparution, le doyen des juges  a émis un mandat dépôt pour la placer   en détention provisoire à la prison civile de Niamey.
     “Étant journaliste, au lieu d’être inculpée sur la base des dispositions prévues par la loi sur la liberté de presse ( prévoyant une simple peine d’amende) , le juge l’a inculpée sur la base des dispositions prévues par la loi sur la cybercriminalité”, s’étonne  Maitre Leco.

      Aussi, Il n’écarte pas  de déposer une demande de mise en liberté provisoire une fois que le juge d’instruction ait entendu au fond. Pour l’heure, affirme l’avocat, il n’y a aucune idée de la date de l’audition.

De quoi s’agit-il ?

      En effet, Samira Sabou est une femme défenseure des droits humains, journaliste et blogueuse du Niger. Elle suit au quotidien l’affaire d’allegations de corruption au ministère de la Défense du Niger.

Me Leco

     Et la  journaliste Samira Sabou a régulièrement publié les nouveaux éléments connus de l’affaire sur son site internet ou sa page Facebook. Elle est désormais visée par une plainte pour diffamation, déposée par le fils du président Mahamadou Issoufou. En fait, il est aussi  le directeur de cabinet adjoint du président.

     Par ailleurs, Samira Sabou est la  présidente de l’Association des blogueurs pour une citoyenneté active ( ABCA). Et sa structure organise des campagnes de sensibilisation, aux côtés d’autres organisations. L’idée est de promouvoir le rôle des femmes dans l’espace public et garantir leur liberté d’expression dans les médias. Elle est également administratrice du site d’information Magazine d’Information sur le Développement Economique et Social (MIDES).

      Plusieurs organisations de défense des journalistes et des droits de l’homme se mobilisent à son chevet. C’est le cas de Reporters sans frontières, Amnesty International, Comitee to protect journalists, Front Line Defenders etc.

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Violences au Bénin, les propositions de sortie de crise de Mathias Hounkpe, analyste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*