Réforme de la CEI , La Coalition Tournons la page demande la reprise d’un dialogue constructif

|117 vues |
Réforme de la CEI , La Coalition Tournons la page demande la reprise d’un dialogue constructif
Réforme de la CEI , La Coalition Tournons la page demande la reprise d’un dialogue constructif

La Coalition Tournons La Page a animé une conférence de presse relative au communiqué du conseil des ministres sur la recomposition de la CEI, ce samedi 13 juillet 2019 à Yopougon.Le Secrétaire Général Adjoint (SGA) de la coalition Tournons La Page Côte d’Ivoire (TLPCI), Kouachi Jules a relevé les recommandations du TLPCI y compris la position de ladite coalition sur la question.

«Le TLPCI demande la reprise d’un dialogue constructif afin d’aboutir à une réforme de la CEI garantissant des élections crédibles, transparentes et démocratiques » a indiqué le SGA. Poursuivant, il relevé les autres recommandations de ladite coalition.
« Pour le respect de la parité du genre, le TLPCI réitère sa proposition d’inclure obligatoirement des femmes parmi les membre de la CEI. La Côte d’Ivoire a pris des engagements internationaux et nationaux, notamment constitutionnels, en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, la recomposition de la CEI peut être l’occasion de mettre en œuvre ces engagements », a expliqué le SGA. Il a également réitéré la proposition de départ du TLPCI concernant le remplacement du terme de « représentant » par « désigné par », « la notion de représentant ne permet pas d’assurer l’indépendance des membres de la CEI, contrairement à celle de désignation », a-t-il dit ensuite.

Lire aussi:
Présidentielles en RDC,  report des élections pour le  30 décembre 2018, l’ONU invite au maintien du dialogue entre les parties

Et de poursuivre « le TPLCI invite le gouvernement à mener une réforme en profondeur de la loi n 2014-335 relative à la CEI, afin d’avoir un organe électoral crédible, indépendant et de confiance. Le TLPCI encourage le gouvernement à continuer les échanges avec tous les acteurs impliqués de façon constructif à l’effet de trouver une CEI acceptée de tous et garante d’un processus électoral équitable et apaisé, le TLPCI demande que la question de la composition des commissions locales soit littéralement débattue dans les concertations à venir».

Kouachi Jules a par ailleurs salué l’initiative du dialogue ayant abouti à une nouvelle monture de la CEI en citant les points d’avancés. « Cette nouvelle composition de la CEI comporte des avancées qui méritent d’être soulignées. La TLP se félicite de l’augmentation du nombre de représentants de la société civile ainsi que du retrait des représentants du ministre de l’Economie et du président de l’Assemblée Nationale. La TLP note aussi avec satisfaction l’absence des représentants des organisations confessionnelles, mettant ainsi en valeur le principe de la laïcité de l’Etat », a-t-il dit.

Lire aussi:
Décryptage/ Les stratégies gagnantes de Mabri Toikeusse et de Guillaume Soro

Il a cependant énuméré les points de désaccord à savoir « le maintien des répésentants du président de la république et du ministre en charge de l’administration du territoire, l’inclusion d’un répésentants de la commission Nationale des Droits de l’Homme et la participation des partis politiques aux prises de décisions ».

Pour rappel, la cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a été saisie en 2014 par l’Association Actions pour la Protection des Droits de l’Homme (APDH) , aux fins de voir condamner l’Etat de Côte d’Ivoire pour la violation de ses obligations en vertu du droit international des droits de l’homme du fait de sa loi n 2014-335 sur la commission électorale indépendante. La cour ayant fait droit au plaignant dans son arrêt du 18 novembre 2016, le gouvernement ivoirien a organisé du 21 janvier au 26 Juin 2019, un dialogue politique sur la réforme de la CEI avec des acteurs politiques et de la société civile, sur la base des propositions que ceux-ci lui ont faites, pour se conformer à la décision de la CADHP.

Lire aussi:
Décryptage/ Rencontre Bédié-Gbagbo, Abidjan  tenue en haleine, ce qui se cache derrière le communiqué

La TLPCI qui regroupe en son sein 32 organisations dont 22 structures de jeunesse a participé à ces négociations avec une proposition de réforme. A l’issue de ces négociations, le gouvernement a publié le 3 juillet dernier un communiqué faisant état d’adoption en conseil des ministres d’un projet de loi sur la recomposition de la CEI. La TLPCI a donc décidé de communiqué ses observations à l’opinion nationale et internationale au terme de ce processus.

Marina Kouakou
Lemediacitoyen.com

Email


*