Santé d’Alain Lobognon, Amnesty International sera-t-elle interpellée ?

    L’état de santé d’Alain Lobognon alimente la polémique en Côte d’Ivoire. À la suite de la publication de la lettres des avocats du détenu, deux journalistes ont été condamnés.

    La justice leur reproche la «divulgation de fausses nouvelles » . Dans  le même temps, Amnesty International envoie une lettre au ministre de la justice. L’Ong se dit préoccupée par la santé du député pro Soro. 

 

    Dans un communiqué qui a été publié dans la presse, le collectif des avocats du député Alain Lobognon affirmait  que celui-ci est dans un état sanitaire « extrêmement critique, méconnaissable, affaibli et amaigri ».  

    Quelques jours après ce communiqué des avocats du député Alain Lobognon, l’administration pénitentiaire ivoirienne a démenti cette affirmation au journal télévisé de la RT1, assurant que l’état de santé du député  ne suscitait aucune inquiétude. Au point où deux journalistes ivoiriens accusés de «divulgation de fausses nouvelles » avaient été condamnés, le mardi 31 mars 2020, par la justice ivoirienne à payer chacun deux millions cinq cent mille de francs CFA.

    Dans une lettre du vendredi 3 avril 2020 adressée à Sansan Kambilé, le ministre ivoirien de la Justice et des droits de l’homme et dont le Media Citoyen a reçu copie, le député Lobognon qui est en détention provisoire à la prison d’Agboville (Sud-Est) a présenté des symptômes du paludisme et est resté au lit pendant quatre jours.

    « Je suis préoccupé par l’état de santé d’Alain Lobognon, membre du parlement de la Côte d’Ivoire qui a été arrêté le 24 décembre 2019 à Abidjan et accusé de publication de fausses nouvelles, atteinte à l’ordre public et à l’autorité de l’État. Il a urgemment besoin de soins médicaux », a mentionné Kangoye Ismaïla, Coordonnateur campagnes et mobilisation d’Amnesty International.

    Et d’ajouter : « Selon des informations partagées dans une lettre par son avocat et sa femme, sa mauvaise santé actuelle est due aux mauvaises conditions de détention. Sa cellule est infestée de moustiques et d’insectes due en partie à la grille qui sert de toit», souligne M. Kangoye, appelant les autorités ivoiriennes à veiller à ce que M. Lobognon puisse recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.

    Il a également invité les autorités ivoiriennes à permettre que le détenu puisse être consulté par son médecin personnel.

    « Je salue le fait que l’administration pénitentiaire ait proposé qu’Alain Lobognon soit contrôlé par le médecin et l’infirmier de la prison. Cependant, en tant que leader de l’opposition, Alain Lobognon craint pour sa vie et aimerait avoir accès à un médecin indépendant », a-t-il expliqué. 

    Amnesty International a enfin souhaité que l’interdiction des visites aux détenus en raison de la pandémie du Covid-19 puisse être remplacée par le téléphone, des appels vidéo, e-mails entre ceux-ci et leurs proches.  Notons que depuis décembre dernier, après le retour manqué à Abidjan de Guillaume Soro, plusieurs de ses proches dont le député Alain Lobognon sont en prison.

    Dans la foulée, le Conseil national des droits de l’homme produit un communiqué parlant d’une bonne santé d’Alain Lobognon. 

     Amnesty International, comme les deux journalistes, sera-t-elle poursuivie pour « divulgation de fausses nouvelles » ?

Daniel Susper

Lemediacitoyen.com 

Lire aussi:
Journée de l'enfance, Moustapha Ouattara prône la fin des grossesses non reconnues

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*