Abidjan, après la fête la défaite, des témoins racontent

 Abidjan, après la fête, la défaite. Notre collaboratrice a recueilli des témoignages . Son Micro-Trottoir. 

    Retour à la réalité après l’excès . La fête est finie. Eh oui, à  Abidjan, les fêtes de fin d’année sont l’occasion où la plupart des Abidjanais ne contrôlent pas les dépenses. C’est l’occasion pour les parents d’offrir des cadeaux aux tous petits. Normal. Les commerces de vêtements, chaussures et accessoires de vêtements ainsi que les salons de coiffure, les commerces de nourriture, boissons ect. voient leur chiffre d’affaires augmenter considérablement à cette période.

      Cependant le mois de Janvier est quant à lui taxé de difficile financièrement et ce sentiment semble être de l’avis de bon nombre d’Abidjanais. Nous avons interrogé 4 d’entre eux rencontrés dans les rues de la capitale économique ce Mercredi 06 janvier 2021. Ils nous livrent leurs sentiments.

Abidjan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Koffi:  » C’est un peu chaud mais on gère » 

     « J’ai célébré le nouvel an dans la santé, la joie et la bonne humeur. Pour l’occasion, j’étais dans une boîte de nuit, c’est là que j’ai vu la nouvelle année dans l’ambiance musicale du Dj. La nouvelle année mérite d’être célébrée avec faste. Je n’ai donc pas lésiné sur les moyens, les tables étaient bien remplies de boissons. Je n’ai pas regardé à la dépense.

    Aujourd’hui le mois de Janvier qui débute à peine est difficile financièrement à cause des excès de la fête. Comme on le dit dans le jargon ivoirien, « la galère chicotte très mal, c’est un peu chaud mais on gère. »

    Cependant, Koffi ne regrette pas les folles dépenses de la fête. Il se dit prêt à refaire la même chose l’année prochaine car selon lui, le privilège de voir la nouvelle année n’est pas donné à tout le monde. Il faut donc en profiter.

            

Abidjan

              Emmanuel:  » Il faut dépenser avec modération » 

     « En ce qui me concerne, j’ai prié, mangé, et dormi. Il ne m’en a pas fallu plus. 2020 a été une année vraiment difficile pour moi donc j’ai savouré 2021 dans la prière et l’adoration pour rendre gloire au seigneur de m’avoir fait voir 2021 dans la santé. J’ai pu me permettre le nécessaire pour le nouvel an. Je pense que pendant la période des fêtes de fin d’année, il faut dépenser avec modération. Faudrait pas tout claquer et en pâtir demain. »

   Abidjan

 Sara: » En ce moment je suis sans aucun sou… « 

    » Les fêtes de fin d’année se sont trop bien déroulées pour moi. Entre shopping, sortie détente et virée nocturne , je me suis bien amusée. J’ai énormément dépensé dans les fringues et accessoires pour me rendre belle. En ce moment je suis sans aucun sou. Après la fête c’est la galère. Comme le dit l’adage : « après la fête c’est la défaite ». Cependant pour Sara vu la circonstance, les dépenses étaient méritées. Elle n’a point de regrets.

 

Lire aussi:
Oumé (Centre-ouest ivoirien), des mutuelles du canton Bôvô fédèrent leurs forces

Abidjan

     

 

 

 

 

 

 

 

             Mme N’guessan:  » Je regrette… » 

     Mme N’guessan dit avoir fait beaucoup de courses pour les préparatifs de la fête. Elle dit avoir énormément dépensé en raison des prix ayant considérablement grimpés sur le marché.  Elle regrette de ne pas s’y être prise au plus tôt. Elle a subi les surfacturations opérées par les commerçants sur les produits pendant la période des fêtes. Ce qui a considérablement impacté son budget du mois de janvier le rendant difficile financièrement.

     Comme vous l’avez constaté, nos interlocuteurs dans leur majorité confirment l’expression qui dit qu’après la fête, c’est la défaite. Le mois de janvier n’a même pas encore une dizaine de jours qu’ils se plaignent presque tous d’être en galère.

     Cependant le contraste est qu’ils n’en tirent pas les leçons bien au contraire la plupart se disent prêts à récidiver l’année prochaine.

           Aïcha Ouédraogo (Stagiaire)

                    Lemediacitoyen.com 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*