Emissions de vacances/Ce qu’il faut éviter pour l’éducation artistique du public/par Christian Guehi

|110 vues |
Christian Guehi Hervé Journaliste culturel/Critique d’art Spécialiste en promotion des arts et de la culture par les médias (DR)

 Que ce soit Wozo cavances, Varietoscope, Podium, Karaoké, Vacances culture ou autres événements culturels et artistiques où la compétition est soumise à un jury, il faut comprendre que le choix du jury a un très grand impact dans l’éducation artistique du public. C’est pourquoi, il est important que ces émissions et ces compétitions soient à la hauteur en termes d’analyses et de critiques. Nous avons constaté que lors de ces concours, les classements décidés pour départager les groupes en compétitions sont très souvent contestables.

 Le jury a très souvent manqué d’observation critique et analytique dans le choix d’élimination de certains groupes. Il est donc nécessaire après chaque manche d’expliquer et de justifier les performances ou les insuffisances qui ont permis à tels groupes d’être qualifié ou éliminé. Ne pas le faire est une ignorance qui a une grande conséquence sur la compréhension artistique du public. Donner des résultats sans pourvoir les justifier engage le public dans un flou qui freine son éducation artistique. Mais si le jury arrive à expliquer son choix, cela permet au public de mieux apprécier le génie artistique des groupes qualifiés et de savoir pourquoi ont été éliminés tels groupes.

 Au-delà, de cela, ces critiques et analyses permettent aux autres groupes d’identifier des points négatives soumis lors des critiques et de les zapper dans leur création en vue d’offrir au public le meilleur. Il faut savoir que les activités artistiques soumises à l’entendement du public ne sont pas fortuites. Elles ont une conséquence. Savez-vous pourquoi tant de personnes réclamaient Varietoscope ou continuent de réclamer Podium ? Savez-vous pourquoi le théâtre en Côte d’Ivoire a perdu une très grande audience au niveau du public ? Ignorez l’éducation artistique du public, potentiel consommateur des arts et de la culture, est la pire des choses qui puisse arriver à une société.

Les conséquences sont graves parce qu’elles créent la disparition des produits culturels, dont la perte de patrimoine culturel. Nous dévalorisons et perdons au fil des années des biens culturels matériels et immatériels parce que nous ignorons que ces biens sont pour l’éducation artistique et culturelle du public. Le niveau de l’éducation artistique du théâtre, du cinéma, de la littérature, des arts plastiques, de la musique, de la danse, de la mode, etc. sont visibles à l’œil nu. Nous connaissons toute l’audience de ces produits dans notre société.

Les créateurs, les hommes de la production, les décideurs et les journalistes culturels doivent savoir qu’ils ont une grande responsabilité  vis-à-vis du public. Il faut bien comprendre ces choses. J’ai l’habitude de dire que c’est la critique qui enrichi une œuvre parce qu’elle aura permis au public, potentiel consommateur de produits culturels de mieux comprendre et d’apprécier le génie créateur de l’artiste. Les regards des professionnels des médias, des décideurs, des créateurs et du public doivent changer. 

Il faut ne pas simplement voir ces émissions de vacances comme des passe-temps, mais plutôt comme des puissants facteurs pourvoyeurs de la culture, des arts et de l’éducation artistique. C’est pourquoi, il est important que la critique et l’analyse soient fortement impliquées pour le bien-être du public. Le professionnalisme, c’est la capacité de justifier dans ce contexte pourquoi tels ont perdu ou ont gagné.

 C’est une grande ignorance et un grand obstacle au développement de la culture de penser que le public doit inconsciemment consommer les produits artistiques. Lorsque le consommateur comprend mieux la démarche artistique, ils participent au développement, car son langage change et sa perception pour l’artiste et  sa création change à ces yeux. Il se dit que ce produit est vital pour lui.

C’est très important, car nous sommes dans une période où les médias se libéralisent et la création artistique prospère. Cette audience devrait aider le public dans son éducation artistique. La culture et les arts ont une place très importante dans ce vaste processus de développement de notre société. Dans ce vaste mouvement, la radio, la télévision, l’internet, la presse écrite, ont un rôle important. Celui de servir d’intermédiaire entre le créateur, le décideur et le public. Tout ce cycle doit être fait pour le public.

Une contribution de Christian Guehi Hervé
Journaliste culturel/Critique d’art
Spécialiste en promotion des arts et de la culture par les médias

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Médias, la digitalisation et l’image de l’Afrique au centre d’un colloque

Email


*