Réforme de la CEI La coalition GPATE-APDH dénonce des insuffisances

Réforme de la CEI La coalition GPATE-APDH dénonce des insuffisances
Réforme de la CEI La coalition GPATE-APDH dénonce des insuffisances

Le gouvernement Ivoirien a fait état de l’adoption d’un projet de loi portant recomposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI). Bien que cela soit une bonne nouvelle, le GPATE-APDH trouve des insuffisances à la nouvelle réforme.

Une Commission Electorale Indépendante (CEI), réellement indépendante et impartiale pour des élections présidentielles crédibles et paisible. Tel est le souhait de la coalition Groupe de Plaidoyer et dActions pour une Transparence Electorale-Action pour la Protection des Droits de l’Homme (GPATE-APDH). Cette coalition affiliée à des organisations de la société civile a décidé de faire un plaidoyer auprès du gouvernement pour le remodelage du nouveau projet de loi portant recomposition de la CEI.

Lire aussi:
RHDP ou PDCI ?  Bictogo met la pression  sur Jeannot Ahoussou

Le 09 juillet 2019 au siège de l’APDH, à Adjamé, Arsène Désiré Néné Bi, président de l’APDH et porte-parole de la coalition GPATE-APDH a fait savoir que, la « nouvelle mouture de la CEI annoncée comporte des points positifs mais de nombreuses insuffisances non conformes à larrêt de la Commission Africaine des Droits de lHomme et des Peuples (CADHP)». Aux dires du porte-parole du GPATE-APDH, 8 points du nouveau projet de loi portant recomposition de la CEI sont à revoir.

Entre autre, « la présence des partis politiques avec voix délibératives, la représentation du chef de lEtat et du ministre de lintérieur, la présence de commission locales composées de représentants entièrement partisans, la représentation du CNDHCI ». Selon Arsène Néné Bi, à travers son projet de loi, « le gouvernement ne répond pas entièrement à lexigence dimpartialité et dindépendance voulu par la CADHP ».

Lire aussi:
Bénin : la ministre française des Sports est en visite de courtoisie

Pour clore son propos, il a affirmé que lenjeu aujourdhui de cette réforme de la CEI est de « construire une commission qui est conforme à lesprit de lArrêt de la CADHP ». Car, une CEI indépendante et impartiale est le garant dinstitutions crédibles.
Pour rappel, le 18 novembre 2016 lorganisation non gouvernementale APDH a saisi la CADHP afin que celle-ci invite le gouvernement à se pencher sur la question de la réforme de la CEI.

Celle-ci a condamné le gouvernement Ivoirien à modifier la loi 2014-335 du 18 juillet 2014, portant composition, organisation, attribution, et fonctionnement de la CEI. Fort de cette injection, le communiqué du Conseil des Ministres du 03 Juillet 2019, fait état de ladoption par le gouvernement dun projet de loi portant recomposition de la CEI.

Lire aussi:
Politique ivoirienne , la spirale des 3 ténors ou le degagisme

Miriame Coulibaly
Lemediacitoyen.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*